La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 

La médiation est un processus volontaire, structuré qui amène deux ou plusieurs médiés en conflit à parvenir par eux-mêmes à un accord à l’aide d’un médiateur qui aura pour mission d'établir des règles de communication entre les protagonistes.

 

Dans l’exercice de sa fonction le médiateur devra respecter trois postures:

 

- Neutralité : le  médiateur n’apporte pas de solution et n’émet pas de proposition ou de préconisation aux médiés en vue de résoudre leur conflit.

- Indépendance: le médiateur n’est soumis à aucune autorité et ne saurait recevoir de directive de qui que ce soit.

Impartialité :  le médiateur  ne prend parti pour aucun des médiés .

 

Enfin, le médiateur sera tenu de respecter une règle, celle de la confidentialité, c'est à dire que tout ce qui fait partie de la médiation restera dans la médiation et ne pourra être révélé à personne.

 

L'avantage d'un tel processus est qu'il suspend les différentes prescriptions judiciaires de sorte que chacun peut à n'importe quel moment du cours du processus de médiation, se tourner vers les tribunaux sans que ses droits aient été altérés.

 

De plus, une médiation sera vraisemblablement plus rapide et moins couteuse qu'une longue procédure judiciaire.

 

Enfin la médiation aboutira à une solution pérenne qui satisfera chacun des médiés puisqu'elle émanera d'eux-même et non d'un juge. Elle sera fondée sur les raisons profondes du conflit, sur la partie immergé de l'iceberg. Pour ce faire, il faudra apurer toute la charge émotionnelle qui est à l’origine du conflit  afin de mettre chacune des parties en présence dans une situation où elles pourront trouver elle-même une solution.  Le système judiciaire, quant à lui, lui ne traitera que la partie visible de l'iceberg pour s'intéresser aux causes directes et immédiates du conflit.